dimanche 16 mars 2008

Le son du Medway (2) : les Buff Medways

C'est donc fini : la France a perdu son dernier poilu, Lazare Ponticelli, ultime témoin de la guerre des tranchées. Alors aujourd'hui : tambours, trompettes et salves d'honneur pour tous ceux qui ont brûlé leur jeunesse dans les boues de la Somme ou de la Champagne ; quel que fut leur camp.

Comment pourrions-nous leur rendre hommage ? En écoutant Billy Childish et ses Buff Medways qui, on ne sait trop pourquoi, croyaient le temps s'être arrêté en 1914 ; même quand leur calendrier s'obstinait à afficher 2004 ou 2005.

Un article précédent sur Infrasons avait évoqué le personnage fantasque mais attachant qu'est Billy Childish. Si vous vous amusez à chercher des informations sur le bonhomme, vous trouverez systématiquement les mêmes remarques : Billy est un sympathique garageux qui, depuis 30 ans et par le biais d'une dizaine de groupes, enregistre un peu toujours la même chose, changeant simplement de thème vestimentaire :

-le style Beatles à Hambourg (lorsqu'il était avec les Milkshakes) ;
-le look peplum (du temps des Mighty Caesars) ;
-les déguisements de Sherlock Holmes (avec les Headcoats) ;
-les tenues de l'armée coloniale britannique (avec son dernier groupe : les Musicians of the British Empire) ;
-et, nous y voilà, les costumes de la Grande Guerre (avec les Buff Medways).

Certes, Billy Childish revendique lui-même haut et fort qu'il n'y a jamais eu d'évolution dans sa musique (en précisant que l'authenticité artistique importe davantage que l'originalité ou la nouveauté) mais, dans les faits, cette affirmation est fausse. Seuls un journaliste paresseux ou un sourd ne sauraient déceler les évolutions et variations qui ont marqué sa longue carrière ; celle-ci se découpant schématiquement en plusieurs périodes:

-le Rockabilly/Merseybeat/Rhythm'n'Blues des Milkshakes ;
-le Punk rentre-dedans et hargneux des Mighty Caesars et des Headcoats ;
-les chansons Girl-groups des Delmonas puis Punk Bubble-gum des Headcoatees ;
-Tout ça pour aboutir au début des années 2000 au son des Buff Medways, cette fois clairement influencé par les Who.

Je ne sais pas exactement comment s'opérait l'écriture et l'enregistrement des morceaux chez les Buff Medways mais je suppose qu'ils étaient influencés par la présence du bassiste Graham Day, l'ancien chanteur des Prisoners (voir l'article précédent sur ce groupe). Immense figure de la scène Mod, celui-ci a certainement apporté une touche Pop 60s au combo avec des arrangements plus travaillés et des choeurs à la Pete Townsend. Il complète finalement parfaitement le côté garage teigneux de Billy Childish, son compère de la scène du Medway.

Pour en revenir à nos moutons, ou plutôt à nos canons, les Buff Medways ont écrit tout un tas de titres directement inspirés par les événements de la première guerre mondiale, de «Merry Christmas Fritz», racontant la fameuse partie de football entre soldats des différents camps lors de la trêve de noël, au «Mons quiff», nom de la coiffure adoptée par les Tommies britanniques stationnés à Mons, en Belgique. C'est d'ailleurs ce morceau, un instrumental, que je vous propose d'écouter en premier.

Et comme j'aime beaucoup les Buff Medways, je me permets de renchérir avec deux autres gâteries issues de leur répertoire. Juste histoire de fêter Pâques joyeusement.

Buff Medways - Mons quiff
Buff Medways - Unable to see the good
(acheter 1914 sur Amazon)
Buff Medways - The poets dream
(acheter Medway wheelers chez Damaged goods)




2 commentaires:

MrMeuble a dit…

très intéressant et instructif, merci bien.

Cholmondomy a dit…

Merci pour ce beau rappel sur les buff medways. Je les ai ecoutes au reveil ces derniers jours...