lundi 12 mars 2012

Asphalt Jungle

J'ai dû écouter cette chanson 150 fois, 200 fois peut-être, et malgré toutes mes tentatives pour en décrypter, déchiffrer et décortiquer les paroles, je n'ai jamais compris un traître mot de ce que chante Patrick Eudeline. J'ai pourtant eu recours aux techniques les plus pointues : un dictionnaire sanskrit, une pierre de rosette, une machine de décodage allemand datant de la seconde guerre mondiale.

Mais peut-être faut-il avoir vu le film Qui êtes-vous Polly Magoo ? de William Klein pour déceler le sens du morceau ; ou peut-être a-t-on simplement à faire à une poésie surréaliste qui se libère de toutes contraintes liées à la syntaxe ou à la signification (après tout, la chanson sort la même année que «Ça plane pour moi», chef-d'œuvre d'absurdité s'il en est).

Intelligible ou pas, «Poly Magoo» fait partie de mes chansons françaises préférées et complète la liste de morceaux formidables issues du mouvement Punk de 1977 («A bout de souffle» de Marie et les Garçons, «Fier de ne rien faire» des Olievensteins ou «Betsy Party» de Starshooter).

Bien-sûr, on ne saurait parler de cette chanson et du groupe Asphalt Jungle sans évoquer son chanteur : Patrick Eudeline. Jeune journaliste pour le magazine musical Best, Eudeline s'évertua à passer de la théorie à la pratique en 1976 en montant un groupe et en enregistrant trois 45 tours, dont «Poly Magoo». Devenu l'un des principaux collaborateurs de Rock'n'Folk (où il côtoie l'inimitable Nicolas Ungemuth), il continue aujourd'hui à entretenir son image de dandy dépravé ; et pas uniquement dans ses articles : votre serviteur a eu l'immense privilège de le croiser un jour titubant sur un trottoir et s'affalant sur une poubelle verte siglée «Ville de Paris». Ou quand le mobilier urbain devient jungle de l'asphalte...

Perdus sous la pluie, un duffle-coat habille tous les mauvais garçons /
Tour à tour, ils se prennent, pour le fils de Bruce Lear [Bruce Lee ???] /

Quelque chose de bubble-gum, à chemin nos uniformes /
Habitude bien trop étrange. Poly Magoo partage /

Perdus sous la pluie, un duffle-coat habille, tu rencontres l'indifférence /
Tu radotes au talkie-walkie pour le fils de Bruce Lear /

Quelque chose de bubble-gum, à chemin nos uniformes /
Habitude bien trop étrange. Poly Magoo partage /

Perdus sous la pluie, un duffle-coat habille, SOS en espéranto /
Pour la horde de commandos, mais fixe un peu à noircir /

Quelque chose de bubble-gum, à chemin nos uniformes /
Habitude bien trop étrange. Poly Magoo partage/

Je veux être Poly Magoo, je veux être Poly Magoo, ...


Comprenne qui pourra ... Et si certains interprètent les paroles différemment, je serais heureux d'en débattre dans le cadre d'un colloque scientifique.

(extrait de la compilation Nos années Punk)

11 commentaires:

james lagrosas a dit…

Asphalt Jungle have a great talent and will surely arise to make a name in the music industry. Nice live music video.

Infrason a dit…

Mmmm, despite the fact they disbanded 35 years ago ? :)

Anonyme a dit…

un des groupes les plus surestimés de la scène française de cette époque à mon avis.
mérite de retomber dans l'oubli au contraire des OVNI Olivensteins , Metal U ou Gasoline dont le second single est le truc le plus incroyablement punk (pas seulement français)jamais sorti ; à côté, les Pistols où les Clash sonnent comme du rock progressif.

Anonyme a dit…

Patrick EUDELINE aka le punk à chiennes des beaux quartiers n'est qu'un suceur de bites... Qu'il aille se faire enculer chez les Grecs lui et son groupe de merde de la guerre 14 dont tout l'monde se branle !

MIDNIGHT RAMBLER a dit…

C'est de TOI dont on se branle
Anonyme et en cadence encore !!!

Anonyme a dit…

... "Perdu sous la pluie en uppercut la ville ... "fils de Bruce Lee" ... "quelque chose vinyl bubble gomme à jamais nos uniformes ...

Anonyme a dit…

... "Polly Magoo partner" ...

Anonyme a dit…

Je partage à moitié l'opinion des détracteurs citée un peu plus haut sur cette page. La plupart des singles d'Asphalt Jungle étaient sous-produits, mal exécutés, chansons mal finies, etc. Cela dit, ils avaient toujours des moments de brillance qui vous faisaient toujours revenir. Poly Magoo est l'exception et aussi un chef d'oeuvre. Et pas seulement pour Asphalt Jungle ou Eudeline, mais pour le punk toutes époques confondues. La composition est excellente, sans parler des arrangements et de l'exécution. Le solo de guitare tient la dragée haute, note pour note, à Another Girl Another Planet des Only Ones. Un classique. If you don't agree, go fuck yourself: you're a moron.

Anonyme a dit…

Poly Magoo Vainqueur ??

Wenter Margo a dit…

POLLY MAGOO VAINCRA....

bumb a dit…

Quelque chose vinyl bubble gum, à jamais nos uniformes
...
... du rock en interference

à 15 dessus, on devrait finir par y arriver ;-)

Groupe très surestimé...sauf pour ce single qui est une merveille absolue.