lundi 17 décembre 2007

La minute yéyé (4) : Cléo / Violaine


Noël approche. Vous avez rédigé la liste des cadeaux à offrir à la famille et aux amis, puis celle des ingrédients pour les repas des 24 et 25. À cela s'ajoute une mauvaise surprise : en sortant le carton des décorations, vous découvrez que les belles guirlandes achetées l'année dernière ont perdu presque tous leurs poils brillants. Quelle camelote! Vous voilà bons pour en racheter.
Cette semaine, vous avez eu un travail monstre ; donc pas le temps de faire de courses. Alors c'est ce samedi la dernière occasion pour aller dans les grands magasins. Il va falloir se frayer un chemin dans la cohue ; d'abord se faufiler entre les gamins et les Japonais scotchés aux vitrines, puis dans les rayons au milieu des mères de familles nerveuses, stressées et désagréables. Bien sûr, il fera très froid dehors et vous aurez pris votre gros manteau...qui vous fera crever de chaud tout l'après-midi à l'intérieur des Galeries ou du Printemps
Alors vous vous rappellerez cette chanson ("Les fauves") dans laquelle Cléo raconte son calvaire, perdue au milieu des grands magasins et de leurs clients.

Cléo - Les fauves
(disponible sur la compilation Ultra chicks, Vol.1 dont vous trouverez des infos sur Bardotagogo)

Cléo, c'était un peu la version féminine de Jacques Dutronc. Le bonhomme lui avait même écrit cette chanson : "Et moi, et toi, et soie", dont le titre, la mélodie et les arrangements font inévitablement penser au "Et moi, et moi, et moi" : rythme sec, tranché et répétitif posées sur d'entraînantes descentes de basse. Le tout saupoudré de jeux de mots qui vont parfois chercher très loin ("sois pure, Hélène, il fait si froid"). Presque du Boby Lapointe, là!

Cléo - Et moi, et toi, et soie
(acheter Singing Paris à la Fnac)

Et puis comme le moment des cadeaux approche, je vous offre, comme ça, gratuitement, une autre perle yéyé, chantée par Violaine (vous remarquerez comme moi qu'un loi semble interdire aux chanteuses yéyé d'avoir un nom de famille). La donzelle en question n'a certainement pas la voix la plus mélodieuse du monde, mais c'est une véritable furie!
Pour la petite histoire, le morceau a été enregistré complètement à l'arrache. Ford avait signé un contrat avec Violaine pour des campagnes publicitaires, et exigé qu'elle sorte, incessamment, un 33 tours. Les paroles furent donc achevées dans le studio, juste avant l'enregistrement. Pire, les musiciens étaient en grève ce jour-là, d'où des arrangements qui ne correspondent pas à l'idée de départ. Mais ce côté improvisé et cette urgence contribuent à l'attrait du morceau : il y a quelque chose de punk là-dedans et, surtout, de franchement rigolo.
Pour finir, si j'étais historien, sociologue, ou quelque chose comme ça, cette chanson serait un matériau de recherche de premier ordre. Il symbolise assez bien les aspirations et les fantasmes des adolescents français au milieu des années 1960. Si, durant la décennie précédente, la jeunesse rêvait d'Amérique et de Cadillac, c'est désormais vers l'Angleterre, ses Austin Cooper et ses BSA qu'elle est rivée. Les Beatles sont passés par là.

(sur la compilation Ils sont fous ces Gaulois, Vol.3, trouvable d'occasion)

3 commentaires:

twistandshoot a dit…

Il me semble que popsike est surtout un site pour répertorié les meilleures enchères d'ebay non?

twistandshoot a dit…

le deuxième morceau de cléo que tu as mis est produit par Dutronc, et je pense que la compo doit être signée du tandem de choc Dutronc/Lanzmann
ce morceau tue :)

je te conseille de checker "benjamin - un train" sur notre blog (requiem pour un twister) c'est aussi avec dutronc en accompagnement, et c'est très bon

Infrason a dit…

Bien vu pour Popsike : j'ai corrigé. Merci.

J'avais entendu "Un train". Mais je ne savais pas du tout qu'il y avait l'ami Dutronc derrière. Quelle classe cet homme, tout de même.